CARTES POSTALES DE CHIMÈRE (reprise-passation)

Un solo intimiste au cœur de vastes paysages imaginaires…
À l’origine, Cartes postales de Chimère est un solo créé par et pour Louise Bédard en 1996. En février 2015, il a fait l’objet d’une reprise-passation. La chorégraphe l’a transmis à deux interprètes charismatiques : Isabelle Poirier et Lucie Vigneault.

Cartes postales de Chimère a marqué la carrière d’interprète de Louise Bédard ainsi que les esprits des critiques, des spectateurs de l’époque et du milieu de la danse. La réception du prix National de Danse Jean A. Chalmers (1997) pour sa contribution exceptionnelle à la créativité et à l’interprétation dans le domaine de la danse au Canada en est l’un des témoins.

Femmes multiples, périple, errance, pérégrination dans le temps… L’interprète se déplace au gré d’itinéraires variés, seule sur des continents inventés, vers des pays vastes et opulents. La musique de Brahms puis celle de Kronos Quartet et de Michel F.Côté la porte dans des mondes où elle se métamorphose. Où sommes-nous ? Qui est-elle et où allons nous?

Louise Bédard a créé un rôle sur mesure pour la femme interprète et danseuse dans la jeune quarantaine, pour dépasser ses limites physiques et oser s’affranchir en ouvrant une brèche du côté de l’abandon. La matière de l’œuvre est celle de la mémoire, de la mémoire du corps des femmes. Le  travail d’interprétation y est exigeant et demande à l’artiste d’être à la fois entièrement investie tout en étant en relation étroite avec le public.

À propos de la passation

Une passation c’est comme une histoire dont on essaie de retracer la chronologie événementielle. À elle-seule, elle englobe la carte (repère) et les cartes postales (le voyage et l’aventure). C’est aussi, forcément, l’occasion de replonger et de revivre des moments qui, pour moi, ont été marquants à plusieurs égards. La beauté de ce saut en arrière pour mieux le conjuguer au présent est ce legs fait comme qui dirait, de main à main, de corps à corps, de tendresse aussi pour l’autre à qui l’on donne et qui reçoit pour mieux donner à son tour.

Je ne saurais danser cette pièce aujourd’hui comme à l’époque, mais d’autres le peuvent de manière personnelle et charnelle. Isabelle et Lucie ont su s’approprier cette pièce et réussissent à nous faire vivre différemment ces nombreuses figures de femmes qui s’imposent dans toute leur magnificence et aussi dans leurs quêtes. Louise Bédard

UNE INSCRIPTION AU PATRIMOINE DE LA DANSE AU QUÉBEC

Cartes postales de Chimère a fait l’objet d’une boîte chorégraphique conçue en collaboration avec la Fondation Jean-Pierre Perreault.

Une boîte chorégraphique rassemble tout ce qui mène à la création d’une œuvre et qui en pérennise la compréhension, la transmission et la recréation. Elle contient les éléments porteurs de sens qui permettent de parcourir les chemins empruntés lors de la création, tout en transmettant des savoirs et des savoir-faire autrement inaccessibles : notations, schémas chorégraphiques, dessins, témoignages, plans d’éclairage, liste de presse, ainsi que de nombreux documents visuels et sonores tels vidéos de répétition et de spectacle, entrevues avec le ou la chorégraphe et les interprètes, bandes sonores... Les boîtes chorégraphiques contribuent à transmettre et à garder vivant le répertoire chorégraphique québécois. En savoir plus

CALENDRIER
(reprise-passation)

Mercredi 4 octobre 2017 - Interprète : Louise Bédard - Salle Émile-Legault du Cégep de Saint-Laurent, Montréal

Vendredi 25 novembre 2016 – Interprète : Lucie Vigneault – Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord, Montréal

Jeudi 24 novembre 2016 – Interprète : Isabelle Poirier – Centre culturel et communautaire Henri-Lemieux, Montréal

Vendredi 18 novembre 2016 – Interprète : Isabelle Poirier – Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal, Montréal

Mardi 15 novembre 2016 – Interprète : Isabelle Poirier - Centre Culturel de Notre-Dame-de-Grâce, Salle Iro Valaskakis-Tembeck, Montréal

Vendredi 11 novembre 2016 – Interprète : Lucie Vigneault – Maison de la culture de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Montréal

Mercredi 9 novembre 2016 – Interprète : Lucie Vigneault – Maison de la culture Ahuntsic, Montréal

25 au 28 février 2015 -
Interprètes en alternance : Lucie Vigneault et Isabelle Poirier - Agora de la danse, Montréal

CRÉDITS

Année de création : 1996 et 2015
Durée : 70 minutes

Chorégraphie : Louise Bédard
Interprètes : Louise Bédard (à la création) Isabelle Poirier et Lucie Vigneault (pour la passation)
Musique : Brahms, Kronos Quartet
Musique originale : Michel F. Côté
Scénographie : Richard Lacroix
Costumes et maquillage : Angelo Barsetti
Lumières : Lucie Bazzo

DISTINCTIONS

En 2016, la compagnie a été finaliste au 31e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal, notamment pour la reprise passation de Cartes postales de Chimère.
Lucie Vigneault a reçu en 2015 le prix de la danse de Montréal dans la catégorie interprète, entre autres pour sa prestation remarquée dans la reprise passation de Cartes postales de Chimère.


 

EXTRAITS DE LA REVUE DE PRESSE (reprise-passation)

Portant une mémoire, elle [l'interprète] devient autre : femmes multiples, langage dédoublé. Dans ses mouvements amples, elle traverse « des chimères » et nous présente des imaginaires dans une gestuelle maîtrisée. Les récits se superposent. Et la métamorphose devient un fil narratif. Qui est-elle, cette femme sous nos yeux? se demande t-on. Qui sont-elles? Elle vient chercher quelque chose de très profond dans celui qui la regarde.
Rose Carine H., Les Méconnus - 2 mars 2015

La puissance de ce solo réside beaucoup dans cette composition acharnée du geste, des attaques dans l’espace, du rythme. Le travail inhérent à la chorégraphie est très palpable, et je dois avouer qu’une telle proposition si développée et bien pensée dans le mouvement fait plaisir à voir sur la scène québécoise d’aujourd’hui.
Élise Boileau, Dfdanse - 28 février 2015

En prenant à bras le corps ce sacré morceau chorégraphique, Isabelle Poirier et Lucie Vigneault sont époustouflantes l’une comme l’autre dans la reprise et l’interprétation de l’œuvre originelle. Désarmantes, elles se livrent sans répit durant l’heure entière de performance, méritant amplement leur place dans le Panthéon Louise Bédard.
Maud Mazo-Rothenbühler, Danscussions - 2 mars 2015

Sous l’apparence d’une danse très formelle qui oppose tension et relâchement, la chorégraphie de Bédard se montre très sensible. Même si le style de la musique et des costumes ancrent le spectacle dans les années 1990, Cartes postales de Chimère possède une force qui a traversé le temps et qui bouleverse encore autant le spectateur que lors de sa création.
Sara Thibault, Mon Théâtre - 1er mars 2015